État actuel de l'épidémie :
raisons pour lesquelles nous devons redoubler d'effort

9. En agissant maintenant, nous épargnerons des millions de dollars au système de santé

En raison du nombre croissant de nouvelles infections, de personnes séropositives vivant plus longtemps et du prix des nouveaux traitements, le VIH/sida coûte de plus en plus cher. Selon une étude albertaine, entre 1995 et 2001, le coût direct des soins médicaux par patient et par mois est passé d'environ 655 $ à 1 036 $ en raison principalement des ARV. En 1995, les médicaments antirétroviraux représentaient 30 p. cent ou 198 $ du coût par patient et par mois; en 2001, ils représentaient 69 p. cent ou 775 $. Bien que le système de santé dépense maintenant davantage en médicaments pour le VIH, à cause de ces médicaments, il dépense moins pour les malades hospitalisés, les malades externes et les soins à domicile.31

Au Canada, le coût des traitements et des soins pour la durée de vie d'une personne séropositive a été estimé en 1998 à environ 160 000 $, alors que les coûts indirects associés à la perte de productivité et aux décès prématurés peuvent s'élever à 600 000 $ par personne.32 De plus, les coûts des traitements varient selon l'endroit où les personnes vivent et sont traitées. Par exemple, les coûts pour les habitants des régions rurales ou éloignées qui doivent voyager pour recevoir des soins sont considérablement plus élevés. Bien qu'il soit possible de calculer les coûts des traitements pour le VIH, il est impossible de mesurer les coûts personnels et sociaux de chaque cas de VIH -- pour la personne séropositive, ses proches et la société.

Chaque infection évitée épargne environ trois quarts de million de dollars en coûts directs et indirects.33 Selon une analyse récente des coûts associés au VIH/sida, une réduction annuelle du nombre de nouvelles infections de 50 p. cent permettrait au système de soins de santé et à la société d'épargner environ 1,5 milliard de dollars sur une période de cinq ans. Comme le note le rapport, « en raison du lourd fardeau économique du VIH/sida, les stratégies de prévention et de gestion sont extrêmement rentables et permettront à l'économie canadienne de faire des économies importantes à long terme au niveau des coûts directs et indirects. »34

Références

31
Krentz, H.B., Auld, M.C., Gill, M.J. « The changing direct costs of medical care for patients with HIV/AIDS, 1995--2001 ». CMAJ, vol. 169 no 2, p.106-110, 22 juillet 2003.

32
Martin Spigelman Research Associates. « Prendre le pas sur l'épidémie : le rôle du gouvernement fédéral dans la Stratégie canadienne sur le VIH/sida 1998-2008 », 2003.

33
Ibid.

34
GPI Atlantic. « The Cost of HIV/AIDS in Canada », juin 2001.