État actuel de l'épidémie :
raisons pour lesquelles nous devons redoubler d'effort

7. L'épidémie mondiale dévaste les pays les plus pauvres et menace les plus riches

Le VIH est un problème mondial, et plusieurs parties du monde sont dépassées par l'ampleur de l'épidémie. Selon le rapport émis par le Programme des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) en 2004, près de cinq millions de personnes additionnelles étaient séropositives dans le monde -- le nombre annuel le plus élevé depuis le début de l'épidémie, et trois millions de personnes sont décédées à cause du sida. Plus de 20 millions de personnes sont décédées depuis que les premiers cas de sida ont été recensés en 1981. En 2004, 39,4 millions de personnes -- plus que la population entière du Canada -- vivaient avec le VIH.25

Les pays les plus durement frappés sont ceux qui possèdent le moins de ressources. Plus de 95 p. cent des infections au VIH se produisent dans des pays pauvres ou en développement. Dans certains pays de l'Afrique subsaharienne, plus de 30 p. cent de la population est séropositive, et le sida menace de décimer une génération entière. Le sida est maintenant la cause principale de décès en Afrique subsaharienne et la quatrième cause à l'échelle mondiale. De plus, le virus se répand rapidement dans d'autres parties du monde comme les Caraïbes, l'Inde, la Chine et l'Asie du Sud-Est, l'Europe de l'Est et l'Asie Centrale où il est propagé par la consommation de drogues injectables.26 Le VIH a le potentiel de dévaster les économies émergentes et de déstabiliser les gouvernements. Son impact se fera sentir à l'échelle mondiale.

Parce que les maladies ne connaissent pas de frontières, le Canada ne peut enrayer l'épidémie de VIH au pays sans s'impliquer à l'échelle mondiale. Le Canada a aussi l'obligation légale et morale de contribuer aux efforts mondiaux visant à stopper la maladie et la souffrance.

Références

25
ONUSIDA. Rapport 2004 sur l'épidémie mondiale de sida.

26
Ibid.

Dessus de la page